Photo : Dominic Turgeon Crédit : Agence QMI

 

Hockey

Turgeon se plaît dans la WHL

Publié | Mis à jour

L’attaquant Dominic Turgeon ne regrette pas son choix de s’être joint aux Winterhawks de Portland dans la Ligue junior de l’Ouest (WHL). D’ailleurs, cela lui permet de suivre les traces de son père, Pierre.

Turgeon, qui représente l’équipe américaine au Défi mondial des moins de 17 ans, avait le choix entre poursuivre son cheminement au sein du programme de développement américain ou se joindre aux Winterhawks, qui en avaient fait un choix de troisième ronde en 2011.

«J’y ai pensé longtemps, a avoué l’attaquant de 16 ans. Je pense que la WHL ressemble un peu plus à la LNH. Mon but est de jouer le plus souvent possible et c’est ce que me permet la WHL.»

Sa décision

Aussi, il assure que son père, qui a évolué pendant deux saisons au niveau junior majeur canadien, avec les Bisons de Granby dans la LHJMQ, ne lui a pas conseillé davantage la Ligue canadienne de hockey que le programme américain.

«Je savais qu’il avait joué au hockey junior. Il m’a toutefois laissé prendre ma décision.»

Le paternel estime quand même que fiston a pris la bonne décision.

«Le fait que ce soit Mike Johnston et Travis Green qui s’occupent de l’organisation a influencé son choix. À 16 ans, c’était une belle opportunité pour lui. Les Winterhawks sont gérés comme un club professionnel.»

Des ressemblances

Pierre Turgeon, qui assiste aux matchs de son fils depuis le début de la compétition, voit énormément de ressemblances entre le style qu’il pratiquait à l’époque et celui que prône son fils.
Toutefois, il n’a pas l’intention de le pousser à suivre ses traces.

«Mon père s’est toujours assuré que j’aie du plaisir avant tout. C’est ce que je fais avec Dominic. S’il veut des conseils, je vais lui en donner. Par contre, au bout du compte, je veux qu’il ait du plaisir.»

Néanmoins, il précise que le but ultime de son fils est d’atteindre la Ligue nationale.

«Il aimerait ça. Il n’a que 16 ans. Plus tu avances, plus c’est difficile. Quand tu arrives pour entrer en haut, il y a plusieurs bons joueurs qui se bousculent. Il va essayer de le faire. Je pense qu’il a du potentiel et la chance d’avancer.»

Bon début de tournoi

En deux matchs depuis le début de la compétition, Dominic Turgeon a récolté deux mentions d’aide. Son père aime ce qu’il voit jusqu’à maintenant.

«Lors du premier match, il a eu besoin d’un peu d’adaptation, mais son deuxième s’est bien déroulé. Il joue contre des gars de son âge, ça paraît. Dans la WHL, tu joues avec des joueurs de 18, 19 ou 20 ans, il y en a qui sont des hommes.»

Papa espère certainement que fiston vivra les mêmes émotions qu’il a vécues en 1986. Cette année-là, la première de l’événement, il avait mené l’équipe Québec vers une victoire en finale contre l’Union soviétique de Sergei Fedorov et d’Alexander Mogilny.