Photo : Steven Stamkos Crédit : Agence QMI

 

LNH

Steven Stamkos est frustré

Publié | Mis à jour

Atteindre le plateau des 50 buts ne sera vraisemblablement pas réaliste cette saison pour le plus récent vainqueur du trophée Maurice-Richard, Steven Stamkos.

En fait, la vedette du Lightning de Tampa Bay se demande s’il aura au moins 50 chances de réussir cet exploit en 2013 alors que le spectre de l'annulation de la saison dans la LNH commence à se faire plus présent.

«Je pensais que nous aurions pu en arriver à une entente à ce point, a indiqué Stamkos, lundi à Toronto, alors qu’il prenait part à une partie de hockey pour une œuvre caritative. Mais c’est la nature de la bête.

«C’est frustrant. Des gars qui ont déjà vécu cette situation [ses coéquipiers Vincent Lecavalier, Martin St-Louis et son préparateur physique Gary Roberts] m’ont dit que c’est un long processus. Des fois, on dirait que le tout se réglera dans le futur immédiat et puis quelque chose [fait dérailler le tout]. C’est mon premier lock-out. J’essaie simplement de rester informé et d’apprendre.»

Comme plusieurs, Stamkos est sur le point de recevoir un cours sur les lois de travail américaines. La Ligue s’est pointé le bout du nez en cour fédérale, vendredi à Manhattan,  dans le but de faire avorter la tentative de dissolution de l’Association des joueurs (AJLNH).

Plus de 700 joueurs ont été invités à voter sur cette possibilité.

Le scrutin devrait prendre fin jeudi et pourrait donner l’autorité au comité exécutif du regroupement de dissoudre l’entité et d’ouvrir la voie à une poursuite antitrust contre la Ligue. En se présentant en cour en premier, la LNH espère prouver que le lock-out est légal.

À l’approche du 100e jour du conflit de travail, il semble possible que les deux parties ne se retrouvent pas autour de la même table de négociation avant que le vote n’ait pris fin.

«Rien de nouveau», a indiqué Bill Daly, le bras droit du commissaire Gary Bettman, à l’Agence QMI.

Plusieurs voient cette action comme une manœuvre dans le but de soutirer une ou deux concessions aux propriétaires.

Le président de l’AJLNH, Donald Fehr, a en déjà obtenu quelques-unes, notamment pour les revenus reliés au hockey ainsi que le montant intégral et espère réussir pour la durée de la convention collective. Les joueurs aimeraient limiter le prochain contrat de travail à cinq ans.

L’agent de joueurs Ian Pulver a indiqué à l’émission radiophonique «Hockey Night in Canada», lundi, que cette dispute est en train de devenir de plus en plus déplaisante qu’en 2004-2005 ou en 1994-1995.

«La dernière fois, c’était [une question] philosophique, plafond salarial ou non, et c’est resté à ce niveau, a commenté Pulver. Cette fois, j’ai le sentiment que nous sommes dans un tout autre monde avec les propriétaires qui s’en vont en cour. Ces derniers traitent les joueurs comme ils l’ont fait au football et au basketball.

«Pour moi, c’est regrettable et triste que nous en soyons rendus à ce point. Je ne pensais pas vivre un autre lock-out après celui de 2004-2005. J’avais tort.

«Nous entendons que la Ligue ne veut absolument pas déroger de leur ligne de conduite. Si une seule partie se montre ouverte, il n’y aura pas d’entente.»

Lors de la même émission, l’ancien gardien de but Kelly Hrudey a mis en garde que le sport pourrait vivre un «hiver nucléaire» si l’AJLNH se dissolvait ou si tous les contrats étaient annulés. Ce serait peut-être un cadeau du ciel pour des vedettes comme Stamkos ou Sidney Crosby, mais dans cette ligue, bien peu de joueurs sont dans leur situation.

«Si vous dites que tout le monde serait joueur autonome, les 400 joueurs les moins bien rémunérés seront pétrifiés», a prédit Hrudey.

Il y aura également beaucoup de travail pour rétablir la confiance des amateurs. Mais Stamkos a été encouragé par les 10 000 spectateurs qui ont assisté à une partie-bénéfice à Atlantic City et les 2600 sièges (sable comble) de l’ancien Maple Leafs Gardens qui ont trouvé preneur en une heure, pour le duel-bénéfice de mercredi.

«Tu peux sentir la passion des amateurs, a souligné Stamkos. Ce sont eux qui, vraiment, subissent tout cela. Nous nous sentons mal pour eux, mais nous essayons de régler le tout.»

Au ralenti

Lorsqu’il joue avec son père dans une ligue organisée, Stamkos est tenté d’y aller à 100 % lorsqu’il effectue son traditionnel lancer frappé sur réception du cercle des mises au jeu.

«Je ne dois pas y mettre toute la gomme», a rigolé le numéro 91 du Lightning, qui a marqué 60 filets l’an dernier dans le circuit Bettman.

Mais ça fait neuf mois que le Lighning n'a pas disputé une rencontre. Et Stamkos a faim.

«C’est la plus longue période durant laquelle je n’ai pas joué de partie compétitive et je suis une personne très compétitive, a continué Stamkos. Tu ne réalises pas à quel point tu es ancré dans ta routine jusqu’à ce qu’elle te soit retirée. Tu peux jouer à l’extérieur, mais rien ne peut se comparer à l’atmosphère d’une partie de la LNH.»

Pour cette partie de mercredi, les organisateurs se sont tournés vers plusieurs joueurs des Maple Leafs (10, dont Dion Phaneuf et Phil Kessel), des ex-porte-couleurs de la formation torontoise et six hockeyeurs du GTA («Grand Toronto Area»), dont Stamkos.

Le joueur du Lightning espère que sera le dernier match amical auquel il participera avant que la convention collective ne soit signée. Mais même si les joueurs de la LNH retournent au boulot en janvier, il faudra s’attendra à quelques ajustements.

«Il y aura un peu de rouille, a-t-il souligné. Tu ne te mesures pas à des gardiens de but ou des défenseurs de la LNH dans du hockey de rue. Mais j’essaie de retirer du positif du lock-out. Je joue avec mon père, ce que je n’avais pas fait depuis aussi longtemps que je peux me rappeler. Il y a des amis et des membres de ma famille que je ne voyais pas beaucoup durant l’année. Et je serai à la maison pour Noël pour la première fois en six ou sept ans.»

Stamkos a rigolé que ses sessions supplémentaires en gymnase avec son préparateur physique Gary Roberts l’ont rendu physiquement plus apte à patiner correctement.

«Blague à part, tu dois rester dans la meilleure forme physique que tu peux puisque tu ne sais jamais [lorsqu’une entente sera conclue]. Plusieurs joueurs sont dans le même bateau. Plusieurs sont allés en Europe et peut-être qu’ils sont en bonne forme physique. Mais étant des athlètes d’élite, ça ne devrait pas prendre plus de quelques bonnes pratiques pour retrouver de bonnes sensations.»


LNH

Partager
Partager
Partager
NHL: New Jersey Devils at Vancouver Canucks

#WinForQuinn

aujourd'hui à 00h53

 

Peut-être galvanisés par l'hommage à Pat Quinn, les Canucks ont offert une belle performance pour blanchir les Devils 2-0.

Partager
Partager
Partager
Partager

Halak dit non à Giroux

hier à 07h45

 

Le gardien de but des Islanders de New York Jaroslav Halak a fermé la porte devant Claude Giroux.

Partager
Partager
Partager
NHL: Winnipeg Jets at Columbus Blue Jackets

Evander Kane propulse les Jets

hier à 21h59

 

L’attaquant Evander Kane a réussi un doublé pour aider les Jets de Winnipeg à défaire les Blue Jackets de Columbus au compte de 4-2

Partager

Des Blues moins gras

hier à 19h22

 

Le nutritionniste des Blues de St. Louis, un Québécois, obtient de beaux résultats avec les joueurs de l’équipe du Missouri.

Partager
Partager
Partager
Partager