Pierre-Alexandre Parenteau

Photo : Pierre-Alexandre Parenteau Crédit : Agence QMI

LNH

«C'est un peu une blague» - P.-A. Parenteau

Publié | Mis à jour

«C'est un peu une "joke", l'offre qu'on a reçue hier...»

Voilà où en est le lock-out de la Ligue nationale de hockey (LNH), après deux mois et demi de discussions. Un joueur, en l'occurrence Pierre-Alexandre Parenteau, de l'Avalanche du Colorado, qui trouve ridicule la plus récente offre de la partie patronale.

À LIRE AUSSI | Subban soutient l'AJLNH - Les réserves de Cole - Darche y croit toujours

«C'est planifié depuis un an qu'il n'y aurait pas de hockey avant Noël cette année, a ajouté l'attaquant Québécois en entrevue avec la chaîne TVA Sports, vendredi. (Les propriétaires) ne négocient pas, ils ne veulent pas se rapprocher de nous.»

Dans toute l'histoire, c'est la réputation du commissaire de la LNH, Gary Bettman, qui en prend le plus pour son rhume, même si les joueurs, comme Parenteau, croient que l'homme d'affaires tente probablement de faire ce qu'il y a de mieux pour son organisation.

«On comprend que c'est une "business", qu'il y a beaucoup d'argent impliqué, c'est son travail... mais c'est sûr que ce n'est pas le gars le plus aimé en ce moment.»

Malgré ces paroles de Parenteau, ce dernier semble garder un peu d'espoir qu'il y ait une saison écourtée qui ne commencerait bien sûr qu'en 2013. La preuve : le Québécois ne compte pas s'exiler en Europe avant que l'annulation soit confirmée.

«Je reste positif, je ne veux pas poser de geste trop tôt. J'ai une place en tête où aller jouer, mais je ne veux pas y aller avant qu'on confirme qu'il n'y aura pas de saison.»

L'homme de la situation

Rencontré à l'Expo Hockey de la Place Bonaventure à Montréal, Parenteau en a profité pour montrer son appui à Donald Fehr, président de l'Association des joueurs.

«J'ai rencontré Fehr à plusieurs reprises : c'est un gars qui a beaucoup de caractère, qui est rassembleur. Je n'ai que de bons mots à dire sur lui, il fait un travail incroyable.

«On essaie juste de ne pas se faire avoir comme (lors du lock-out de 2004-2005). Je crois en Donald Fehr. C'est l'homme de la situation.»